P1080623_optimized.jpg

La journée de trop ?

Jour 13 - 21 février

Outre se vider le porte-monnaie, les vacances ont surtout été inventées pour se vider la tête ! D’ailleurs, si tu te rends en page 698 de ton Petit Larousse illustré, tu y trouveras la définition des vacances suivante : « Se vider la tête en occupant son temps par une activité différente de son quotidien. Peut aussi correspondre à ne rien faire pour faire plaisir à sa femme, de surcroît si son père ne peut pas trop marcher. » Jusqu’à maintenant, j’ai ardemment lutté pour m’en tenir uniquement à la première partie de la définition en trouvant des plans B, C, D, E et réussir à nous vider la tête en occupant notre temps par une activité différente de notre quotidien malgré le handicap de mon père. Sauf que là, pour notre dernier jour sous les cocotiers, je sèche ! Le risque, c’est que Sandrine la hyène fonde sur ma carcasse desséchée pour me demander de mettre en application la seconde partie de la définition ! Attends un peu, je vais tâter le terrain…

« Ma p’tite Sandrine, pour aujourd’hui, nous avons deux options : Option A, nous nous en tenons au programme que j’avais prévu et qui consiste à randonner sur les sentiers de l’île. Mais rassure-toi, pour permettre à mon père de suivre le rythme, nous prendrons tranquillement notre temps en regardant les papillons papillonner, les singes singer, les oiseaux oiseauter,… Option B,…

- B, B, BBB ! Je dis option B ! »

Bon, mes techniques de vendeur de frigos aux esquimaux n’ayant plus aucune prise sur l’animal depuis l’avènement du minitel, je t’avoue que je ne m’attendais pas vraiment à un élan de solidarité de sa part. Mais là, horreur malheur, sa réaction épidermique annonce une journée expéditive à raconter. Les éventuelles chutes, écorchures, coups de fatigue, braillements, coups de soleil, déshydratation et autres pertes de portefeuille que j’avais éventuellement à te proposer pour agrémenter la journée viennent d’être jetés aux ordures ! Bienvenue sur le carnet de voyage où il ne se passera rien de bien trépidant aujourd’hui !... Ah si ! « Belote et rebelote !... Et le sept aux as, ce n’est pas plus fort que le quatre vingt-et-un ?... Bataille !!! » Bon, je ne vais pas me plaindre, on est quand même ici bien loin des conditions d’un dispensaire somalien ! Jeux de société au bar de l'hôtel avec cette vue toujours aussi merveilleuse… Snorkelling… Bière… Lecture dans le hamac… Sieste… C’est fou ce que c’est fatigant de ne rien faire !

P1080629_optimized.jpg
P1080621.JPG
P1080619.JPG

Pour te tenir éveillé, si tu le souhaites, je peux te raconter comment on s’est rencontré avec Sandrine. Ou alors te repasser ma VHS collector de la victoire de l’OM en ligue des champions 93… Ou, si tu as envie de te pendre, demander à Sandrine de te réciter les dialogues d’un pseudo film culte comme on n’en fait plus de nos jours : Dirty Dancing… Oui, le « pseudo » a toute son importance... Ben quoi, c’est pas un crime de porter des pastèques vu que Frédérique, pour moi, c’est le nom d’une vraie femme ! Dur dur d’être bébé ! Ah non, ça c’est du Jordi ! Bref, comme ce paragraphe est aussi palpitant que la vie d’une huitre cul-de-jatte et qu’on ne laisse pas bébé dans un coin, on se téléporte donc tous ensemble directement à sept heures moins le quart. Car à Samloem, à sept heures moins le quart, c’est l’heure du Ricard ! Ricard qu’on va prendre au bar du Sleeping Trees…

P1080622_optimized.jpg
P1080624_optimized.jpg

Et quel meilleur cliché français pour accompagner un Ricard ?... Non, ce ne sont ni les chips, ni les olives ! Ce sont des boules et un cochonnet ! Le proprio français de l’établissement a en effet aménagé un terrain de pétanque sur la plage afin de procurer un retour aux sources aux français s’étant égarés à Samloem. En parlant de français égaré, on y rencontre Jean-Marc, un angevin installé ici depuis trois mois pour, dixit, « se reconnecter à la vie ». Sa recette du bonheur est simple : Méditer et… ne manger que des frites ! Rencontre pour le moins atypique…

 

D’ailleurs, je nous en ai planifié une autre avant d’aller faire de beaux rêves. Et c’est cette fois-ci avec la mer, qu’on voit danser le long des golfes clairs, et qui est source de phénomènes bizarres. Celui qui nous intéresse tout particulièrement ce soir est le plancton bioluminescent. On a souvent tendance à confondre bêtement bioluminescence et phosphorescence. Alors je t’arrête tout de suite mais ça n’a rien à voir ! Là où la phosphorescence réémet la lumière accumulée, la bioluminescence est une réaction chimique qui active la production de lumière chez des êtres vivants. Elle existe grâce à la molécule luciférine qui produit de la lumière en s’oxydant grâce à l’enzyme luciférase. Bon, vu que tu as stoppé ton cursus scolaire en cinquième, je m’arrête là pour les détails techniques. Toujours est-il que le plancton bioluminescent émet de la lumière quand il se sent menacé, genre lorsqu’on brasse l’eau à ses côtés ou qu’il est pris dans une vague. Idéal pour se faire un bain de minuit ultra stylé avec des effets de lumière trop canon ! Pour cela, trois conditions doivent être remplies pour que le spectacle soit optimal. La première, la base, consiste à te trouver à un endroit du globe où vit le plancton bioluminescent. Chouette, Samloem en fait partie ! La deuxième est qu’aucune lumière ne vienne parasiter la sensibilité de tes yeux. Une nouvelle lune ou un ciel couvert seront tes meilleurs alliés. Ne reste alors plus qu’à s’éloigner des hôtels pour te retrouver dans le coin le plus sombre de la plage. Check ! Si j’ai planifié ça précisément ce soir, c’est que le bonhomme a fait une thèse sur les cycles lunaires ! Quant à la troisième, il ne faut pas avoir peur de jouer le remake de la première scène des Dents de la mer en allant se baigner de nuit. Et paf, à la lecture de cette troisième condition, tous les candidats à l’extase viennent bizarrement d’être frappés d’un mal mystérieux : Le jemenfouduplancton !… A part moi, bien sûr !

Du coup, je me jette à l’eau, seul. Enfin, presque puisque je me retrouve au milieu de la forêt d’Avatar et ses millions de micro-organismes. Je nage au beau milieu d’un balai enchanteur saupoudré de poussière magique que je ne peux malheureusement pas te retranscrire en photo... En tout cas, lorsque je serai un vieux monsieur tout rabougri et qu’un de mes petits-enfants me demandera, les yeux remplis d’admiration, « Papy, lors de tous tes voyages, c’est quoi le truc que t’as vu de plus hallucinant à part mamie ? », peut-être lui répondrai-je « le plancton bioluminescent de Koh Rong Samloem »… J’en profiterai certainement aussi pour lui glisser un petit conseil de vieux : « Arpente le monde en ayant l’objectif de tout voir, et vis comme si tu allais mourir demain ». De toute façon, demain est une autre aventure…

P1080625_optimized.jpg

Et si tu veux me laisser un petit message ou partager la page... 

(... en vrai, ça me fera plaisir...)

Franck

Auteur Organisateur Conteur Photographe

... pour te servir !

P1040208_optimized.jpg

Quand je ne suis pas en vadrouille, soit je prépare la suivante, soit je raconte la précédente...

On part en vadrouille