IMG_5307.JPG

Les experts à Las Vegas

Jour 16 - 6 juillet

Ça y est, tu me fais une petite overdose de sites naturels ? Tu en as plus que marre de te régaler la rétine ? Tu te dis que tout ça, finalement, ce n’est qu’un amas de roches rouges ? Toi, tu veux une bonne bouffée d’air pur urbaine, c’est ça ?... « Comme un diamant qui se pose, aux branches de mes doigts, tu brillais chaque nuit devant moi, ville de lumière, j'ai besoin de toi… » On n’te berne pas comme ça, toi ! Tu as bien évidemment compris que c’est aujourd’hui que nous allons rejoindre Las Vegas, ville de lumière folle du désert du Nevada… Sauf qu’à l’heure où je te parle, nous sommes toujours à Zion, toujours dans l’Utah. Et que nous avons de la route… Et que nous avons encore le site de Yant Flat à visiter ce matin sur notre trajet… Et que nous avons également un stop à Valley of Fire prévu cet après-midi... Ouch, après avoir annoncé ça une fois dans la voiture, Sandrine m’insulte si fort intérieurement que j’ai l’impression de l’entendre. Elle, elle a lu le titre de cette nouvelle journée, elle sait qu’au bout du tunnel, il y a Las Vegas, il y a un hôtel, il y a un vrai lit, il y a une salle de bain, il y a une piscine, il y a des cocktails, il y a des strip-teaseuses,… Et comme une enfant gâtée, elle veut la totale ! Elle veut le package complet en all-inclusive avec option « sèche-cheveux à volonté » ! Et elle le veut tout de suite, maintenant ! Bon, ok, les strip-teaseuses, c’est peut-être plus moi qui y ai pensé mais bon, ça ne change rien à mon équation : [(Yant Flat + Valley of Fire) / Las Vegas] x Sandrine = Tronche de quinze mètres pour la journée assurée. A ce moment, me vient à l’esprit qu’en plus d’être la ville du mariage express, Vegas est aussi celle du divorce express ! Du coup, Las Vegas, c’est maintenant ! Formalités administratives, Elvis pour prononcer le divorce, ça y est, il est libre Max ! A moi Yant Flat et Valley of Fire !!! Euh, désolé… Je divague… Je disais donc qu’en homme faible que je suis, comme une glace à l’italienne dans le désert du Nevada, j’ai fondu… et que du coup, Las Vegas, c’est maintenant… après trois heures de route tout de même ! Trois heures à travers le désert où nul ne pousse, sauf Las Vegas qu’on voit de très loin avec la tour du Stratosphère en point d'orgue, notre hôtel pour les trois prochaines nuits avec séchage de cheveux à volonté. Las Vegas, capitale mondiale du poker, de la roulette, des machines à sous, du mariage, des spectacles, des hôtels, des lumières, des strip-teases,… Mais pour l’anecdote, pas la capitale de l’état du Nevada puisque c’est Carson City ! Et ouais mon bonhomme !

 

Ladies and gentlemen, c’est fait, les quatre vadrouilleurs que nous sommes débarquent à Las Vegas et ce n’est pas pour enfiler des perles !!! Est-ce que je vais revenir d’ici avec un singe ? Une dent en moins ? Un tatouage maori sur la joue ? Est-ce que je vais passer une nuit sur le toit du Caesar ? Est-ce que je vais cambrioler le coffre-fort d’un casino ? Est-ce que je vais finir ma vie avec une danseuse du Show Girl ?... Bon, mettons un terme à cette petite enflammade cinématographique, Sandrine et moi sommes malheureusement accompagnés par Anna et Sasha, neuf et six ans de leur état ; ce qui, si je traduis, signifie que nous sommes condamnés à demeurer raisonnables, précautionneux et responsables lors de notre séjour ici… Un peu comme si on montait à la tour Eiffel sans sortir de l’ascenseur en quelque sorte...

 

Notre premier contact avec la civilisation retrouvée, ce sont les feux tricolores. Ah, tiens, on avait oublié à quoi ça ressemblait ! Notre second contact, c’est la forte chaleur qui fait son grand retour parmi nous. Bienvenue à elle ! Et notre troisième contact, c’est le casino « The Orleans », non pas pour y étancher d’entrée notre soif du jeu, mais pour y éponger notre faim vu que le carillon vient déjà de sonner les douze coups de midi et que le buffet qu’on sert ici est réputé. Après les pique-niques sur nos emplacements de camping, c’est orgie alimentaire pour tout le monde au pays des bandits-manchots ! Vénaux que nous sommes, il faut tout de même souligner que le choix de ce casino a aussi été guidé par son prix. Moins de cinquante dollars pour nous quatre pour s’éclater la ceinture, c’est cadeau ! A ce prix-là, j’ai trouvé ce que j’allais pouvoir me rapporter comme souvenir de notre vadrouille à Las Vegas : Quelques centimètres de tour de taille !

IMG_5294.JPG
IMG_5298.JPG

Après avoir glané beaucoup trop de calories, il s'agit maintenant de s’en débarrasser. Pour ça, à Las Vegas, soit tu arpentes le Strip, soit tu vas nager à la piscine de ton hôtel. Trois membres de la famille sur quatre votent à main levée pour la seconde possibilité après avoir tout de même fait le stop obligatoire devant le panneau d’entrée à Las Vegas. « Allez les filles, d’ici, si tout se passe bien, nous sommes dans l’eau dans quinze minutes… » Ah ah la bonne blague ! On remonte le Strip en voiture pour la première fois. Dix minutes. Arrivés à notre hôtel tout au nord de cette longue avenue, nous garons Jeepy. Cinq minutes. S’en suit maintenant un jeu de piste pour trouver la réception de l’hôtel. Trente minutes. Nous faisons après ça la queue pour le checkin. Trente nouvelles minutes. Nous déposons nos bagages dans notre chambre au quinzième étage. Quinze minutes. Bref, on se jette à l’eau plus d’une heure trente plus tard.

IMG_5305.JPG
IMG_5576.JPG

Et tu me connais, après m’être rafraîchi les olivettes et pendant que Sandrine a les neurones qui se tournent les pouces, que ce soit à la plage ou au bord d’une piscine, je tourne en cage comme un lion en rut… « Qu’est-ce que je ferais bien pour tuer le temps ? Une partie de scrabble ? Lire l’œuvre complète de Proust ? Boire un Ricard ? » Ah non, pas possible en fait… Au final, un petit peu de jacuzzi, une petite partie de volley dans la piscine, une bière, et…

Ah ! Des nuages noirs s’amoncèlent au loin !

Ah ! Le vent se lève !

Ah ! On dirait maintenant une tornade !

Ah ! Le tonnerre gronde sacrément fort, ici !

Ah ! On se croirait dans « Le jour d’après », pile poil dans l’œil du cyclone !

Alerte générale ! Évacuation en urgence de la piscine !!! Non pas qu’ils se soient aperçus qu’on s’était lavé dans la piscine après plusieurs jours sans douche, mais bien à cause de l’orage qui nous vomit maintenant toute sa colère ! Mais pourquoi est-il aussi méchant ?

La fin d’après-midi se déroule donc dans notre chambre luxueuse en attendant que le temps redevienne plus clément… et que Sandrine se lasse de son sèche-cheveux… Une fois tout rentré dans l’ordre, direction la vieille ville de Las Vegas plus au nord, et plus précisément Fremont Street. C’est dans cette rue qu’on peut trouver les casinos historiques de la ville qu’on voit souvent dans les films et séries : 4 Queens, Fremont, Golden Nugget,…

Elle est maintenant surtout réputée pour l’écran géant qui la recouvre intégralement sur plus de quatre cents mètres de long sur lequel sont projetés des shows sons et lumière chaque soir. En y arrivant, bain de foule, concerts de rue, magiciens, femmes très dénudées, tout ça étant éclairé de millions de petites ampoules scintillant et clignotant devant nos yeux d’enfants… Attention torticolis ! Si tu vas à Rio, n’oublie pas de monter là-haut. Et si tu vas à Vegas, n’oublie pas ta minerve car on ne sait pas où donner de la tête, surtout lorsque débute le Fremont Street Experience, le fameux son et lumière qui passe au plafond chaque heure pendant huit minutes ! Impressionnant ! Grandiose !... Un brin patriotique ! A ne louper sous aucun prétexte !

IMG_5424.JPG
IMG_5409.JPG
IMG_5416
IMG_5416

press to zoom
IMG_5411
IMG_5411

press to zoom
IMG_5342
IMG_5342

press to zoom
IMG_5416
IMG_5416

press to zoom
1/5

Pour se contenter l’estomac, on va maintenant manger au Heart Attack Grill. Il s’agit d’un restaurant… ou plutôt d’un parc à thème… ou non, on va appeler ça un restaurant à thème comme seuls les américains savent en faire. Et américains jusqu’au bout des ongles bien gras ! Car cauchemar des végans, ennemi de la « healthy food », le grill de la crise cardiaque vend du gras à la pelle. Et ce bougre s’en vante ! Hamburgers simples, doubles, triples, quadruple, quintuples, sextuples, septuples ou octuples steaks ! Jusqu’à trente-cinq centimètres de haut, neuf cents grammes de bœuf, huit mille kilocalories !

Des frites cuisinées exclusivement au saindoux, des cigarettes sans filtres, du Jolt Cola contenant du vrai sucre… Tu es mis dans l’ambiance hospitalière dès ton arrivée. On nous fait enfiler une blouse, les serveuses sont déguisées en infirmières, les cuisiniers en médecins, il y a des seringues pour les shots et des perfusions pour le vin. Sur les écrans de télévision défilent des films de propagande. Au mur, des pubs vantent les produits dangereux pour la santé. On y voit aussi la cène revisitée avec le créateur de la chaîne déguisée en Jésus, accompagné de ses apôtres Ronald McDonalds, le colonel Saunders, Wendy’s,… Et si tu as eu les yeux plus gros que le ventre, c’est la fessée assurée devant tout le monde. La spécialiste, c’est « Nurse Lola », de petite taille, qui ne rigole pas avec son centre de gravité parfait pour te faire rougir la croupe. Enfin, bon à savoir, si tu pèses plus de cent soixante kilos, viens par ici, tu mangeras à l’œil !

Bon, pour notre part, les filles ont commandé un hamburger simple là où Sandrine et moi nous laissons tenter par un double. Déjà, le « mangeage » de la chose est rock´n'roll... Au son des fessées reçues devant nous par d’autres clients, je galère pour finir le mien. Quant à Sandrine, c’est un échec cuisant ! Tu penses certainement qu’elle le fait exprès car elle aime les fessées, c’est ça ? Coquiiiinnn… Et bien pas du tout car pour y échapper, elle planque le reste de son hamburger dans les serviettes de table et dans ses poches…

IMG_5374.JPG
IMG_5391.JPG

Allez, on ressort d’ici gonflés comme des ballons de baudruche. On profite d’une nouvelle session de Fremont Street Experience sur fond d’hymne national, on arpente la rue dans tous les sens, on assiste à un mini-concert du King qui, j’en étais sûr, n’est pas réellement mort. Gros, mais pas mort,… jusqu’à ce que tout mon p’tit monde m’avoue faire une overdose de camomille… Retour à l’hôtel pour, je l’espère, une bonne nuit loin de notre tente et de nos matelas gonflables. De toute façon, demain est une autre aventure… « Et truand, tu n’as pas évoqué la journée de demain pour faire ta conclusion !!! » Moi non, mais toi, oui, tu viens de le faire ! De toute façon, demain est une autre aventure…

IMG_5361.JPG
IMG_5372.JPG
IMG_5375.JPG
IMG_5381.JPG
IMG_5360.JPG

Et si tu veux me laisser un petit message ou partager la page... 

(... en vrai, ça me fera plaisir...)

Franck

Auteur Organisateur Conteur Photographe

... pour te servir !

P1040208_optimized.jpg

Quand je ne suis pas en vadrouille, soit je prépare la suivante, soit je raconte la précédente...

On part en vadrouille