IMG_5482.JPG

Viva Las Vegas !

Jour 17 - 7 juillet

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le zizi, et surtout sur cette nouvelle journée qui commence… maintenant !!! En fait, le planning est on ne peut plus simple pour aujourd’hui puisqu’il est prévu de faire le tour du monde et de voyager dans le temps. Rien que ça ! Déjà, on va aller à New York. Ensuite, peut-être nous rendrons-nous à Paris… Puis, si le cœur nous en dit, petit saut de puce direction Venise... ou Monaco… ou les deux, c’est comme on veut ! Après ça, pourquoi ne pas vivre quelques moments au temps des péplums ? Ou des pharaons ? Ou du moyen-âge ? Si toi aussi, tu souhaites vivre cette aventure surréaliste en chair et en os, fais comme nous, viens à Las Vegas !! Je l’ai plutôt bien vendu, non ?


En plus de pouvoir vivre tout ça aujourd’hui, on a également le temps de visiter notre hôtel le Stratosphère qui est quand même la construction la plus élevée de toute la ville. Et qui dit plus élevée, dit vue spectaculaire. Et qui dit vue spectaculaire, dit manège ! « Euh, non, là, aucun rapport mon coco… » Le coco te dit qu’il n’y a aucun rapport, sauf si on est à Las Vegas !!! Car oui, ils nous ont collé des manèges à sensations tout en haut de la tour, tout là-haut à trois-cent cinquante mètres du sol. En arrivant sur la plateforme en haut de la tour, outre la vue imprenable sur tout Las Vegas et ses environs, on découvre en effet quatre attractions plus loufoques les unes que les autres :

- Le « Skyjump » qui propose une chute libre depuis le cent-huitième étage pour asperger de vomi tous les gens à la piscine juste en dessous,

- Le « X-scream » qui te donne l’impression de basculer dans le vide à bord d’une navette soi-disant volante,

- L’« Insanity the ride » qui suspend ses passagers dans des nacelles qui se renversent en tournoyant dans tous les sens face au vide,

- Le « Big shot » qui simule un décollage de navette spatiale, avec une accélération de 4G le long des cinquante mètres de l’antenne au sommet de la tour.

« J’en aurais bien volontiers essayé un mais le truc ouvre à dix heures et il n’est malheureusement que neuf heures quarante-cinq… Allez les filles, on redescend… et plus vite que ça ! » Pour tenir informé ton porte-monnaie, prends bien note que ce n’est tout de même pas donné : Vingt-six billets verts le petit tour de manège enchanté, sac à vomi non fourni !

Tournicoti, tournicoton, nous voilà donc maintenant garés au sud du Strip au parking de l’hôtel Excalibur. Juste pour rappel, le Strip est le nom sexy qu’on donne communément au Las Vegas Boulevard, cette longue avenue hyper connue sur laquelle on retrouve tous ces hôtels casinos plus gigantesques et originaux les uns que les autres…

Et dire qu’ici, il n’y a encore pas si longtemps que ça, tu ne pouvais voir que quelques bicoques retapées et des étendues de prairies où broutaient quelques ruminants… Si si, on ne dirait pas comme ça mais Las Vegas, alias « Les prairies » en espagnol, était au départ une paisible bourgade mormone. Dans les années trente, la construction du barrage Hoover fit venir dans un premier temps des ouvriers dans le coin. Alors que le pays est en crise et soumis à la prohibition, le Nevada décida de légaliser le jeu. Les ouvriers encore présents en profitèrent pour monter les premiers casinos. Ceci eut pour conséquence d’attirer beaucoup de monde, y compris les gros barons de la mafia qui firent construire à leur tour des hôtels pour y loger les joueurs. Voilà comment cet îlot paisible cultivé par les mormons au beau milieu du désert est devenu Sin City ! Voilà comment on est passé de champs de patates à ces hôtels casinos démesurés ! Ben d’ailleurs, ce sont ces hôtels-casinos démesurés que nous allons visiter aujourd’hui ! On commence avec le Louxor, en forme de pyramide égyptienne et devant lequel trône fièrement un sphinx taille réelle. Juste pour te faire prendre conscience de la taille du truc, c’est quand même quatre-mille quatre-cents chambres, treize restaurants, huit boîtes de nuit, une immense piscine, un parcours de golf, des musées, sans oublier les centaines de tables de jeux et bandits manchots qu’on y trouve ! On est bien bien bien loin du petit B&B au fin fond de la Lozère ! Obélisques, statues mythologiques, hiéroglyphes,… Tout y est pour te mettre dans l’ambiance ! Si un jour on se fait envahir par des zombies, c’est précisément là que je veux vivre reclus en totale autarcie !

IMG_5480.JPG
IMG_5461.JPG

Au sujet des tables de jeux et autres bandits manchots, je préfère t’avertir de suite que tu n’obtiendras de notre part aucune confession intime sur les sommes que nous avons perdues ici. Non pas que nous ayons perdu beaucoup aux jeux, mais plutôt que nous n’avons le droit ni de jouer, ni de les approcher. L’Oncle Sam ne badine pas avec la loi et il est strictement interdit de jouer ou de s’approcher des machines en étant accompagnés de mineurs. Du coup, on reste à distance raisonnable pour mater les centaines de grand-mères Yetta squatter sans vergogne leurs bandits manchots.

 

Bon, je ne vais pas te décrire comme ça chacun des hôtels du Strip. Sache simplement qu’on enchaîne avec l’Excalibur, construit sur le thème des châteaux forts, puis avec le New York New York, sur le thème de… New York ! Logique. Laisse-moi juste te conter une petite anecdote survenue lors de notre visite de l’Excalibur. Nous sommes précisément dans le donjon dans lequel se trouve une salle de jeux de fête foraine immense. « Papa, papa, on fait une partie de ce jeu ? » Le principe est simple. Chacun des joueurs doit lancer des balles dans des trous pour marquer des points et faire avancer son dragon. Le premier qui fait arriver son dragon à la fin du parcours remporte la partie et accessoirement un lot. Bref, on s’installe à une table de jeu, Anna, Sasha, Sandrine et moi. Dans ma tête, je me dis « Cool, je vais leur mettre une raclée à ces trois blondes prétentieuses ! » Sauf que juste avant que soit donné le coup d’envoi, un chinois rentre dans la partie en me lançant un regard à la Ivan Drago « Je vais te brrriser… » Go ! Une balle, deux balles, trois balles,… Je n’ai pas eu le temps d’en mettre une que le bridé à côté de moi en est déjà au quart du parcours… Le gars doit passer ses vacances sur ce jeu, c’est pas possible ! Sauf que mes filles sont près de moi. Sauf que je me dois de conserver mon statut de Superpapa ! J’en suis maintenant à la moitié du parcours là où le chinois en est aux trois-quarts ! Coup d’accélérateur, concentration maximale, the eye of the tiger... Yes ! Mon dragon crache maintenant le feu par l’arrière-train ! Le chinois est en sueur, il ne comprend pas ce qui lui arrive ! « 法国人太强大了 » dit-il à sa copine. Ça veut dire « Ce français est un dieu ! » Il loupe son dernier lancé. Pas moi !!! Popopooooo ! Grillé sur la ligne le chinois ! Ouf, mon honneur est sauf, mes filles ont les yeux qui suintent d’admiration… A moi la peluche de dragon !

 

Le chinois, limite il lui faut des essuie-glaces pour yeux tellement il est vénère… Sauf qu’après avoir repris ses esprits, voilà qu’il me provoque officiellement en duel devant tout le monde ! « Vas-y papa ! Casse-lui ses p’tites pattes arrière ! » Bon, du haut de mon piédestal, je suis contraint de remettre ma vie en jeu pour les beaux yeux de mes filles… « C’est reparti mon cher Léon Zitrone pour ce grand prix du dragon ! Le dragon à la casaque bleu prend les devants, celui à la casaque rouge le talonne de peu. C’est un duel au coude à coude qui se déroule à Las Vegas devant une foule en délire ! Quel mano à mano mon cher Guy Lux ! Attention, dernière ligne droite, quelle tension !!! Les dragons passent la ligne d’arrivée. Photo finish, photo finish !... Et c’est la casaque bleue qui l’emporte d’une courte tête !!! » Euh, arrête de te masturber l’esprit, la casaque bleue, c’est bibi ! Et comme bibi, ça ne fait pas très chinois, c’est une nouvelle victoire pour la France. Poignée de main virile, hymne nationale, remise des trophées… Oh, tiens, ça me fait deux peluches de dragon. Merci à toi monsieur le petit chinois, ça tombe bien car j’ai deux filles !

IMG_5500.JPG
IMG_5484.JPG
IMG_5465.JPG
IMG_5486.JPG
IMG_5483.JPG

Après m’être fait un chinois, on se ferait bien un buffet à volonté, non ? La pause syndicale pour le repas du midi se passe cette fois-ci au Monte Carlo et son buffet à dix-neuf dollars ! Et ce que je peux te dire, c’est qu’on va pleurer deux fois quand on va quitter Las Vegas. Une fois car on va la regretter, une autre quand on va se peser ! Nouvel éclatage de ceinture ! Pour bien digérer tout ça, j’accorde à tout le monde un peu de lèche-vitrine. Mais pas dans n’importe quelles boutiques ! Les grands classiques du Strip de Las Veags : Coca-Cola, M&M’s, Harley Davidson, Hard Rock Café !

Avant d’aller à la piscine, on se referait bien un hôtel ou deux, non ? Ce sera le Paris, et le Bellagio. Dans le Paris, outre les répliques de la Tour Eiffel et de l’Arc de triomphe à échelle un demi, on y retrouve carrément des quartiers reconstitués de notre bonne vieille capitale, avec baguette croustillante, verre de vin rouge et tous les autres clichés que tu peux bien t’imaginer… On est loin du 9.3 si tu vois ce que j’veux dire ! Quant au Bellagio, c’est principalement son spectacle de fontaines qui nous attire l’œil… Mais attention !

Pas le petit spectacle son et lumière orchestré par Pipo et Mario au bal du village, hein ! Là, c’est du grand Mendès ! Du jet d’eau dans tous les sens, très hauts, très rapides, très synchronisés, très beaux… De la lumière, du son,... De la folie douce !

Bon, il serait peut-être temps de retourner à notre voiture, loin là-bas en bas du Strip ? A noter que les hôtels casinos sont tellement grands qu’il existe un tramway permettant de circuler et de garder au frais les gros américains souhaitant mettre des pièces dans les machines à sous d’un hôtel, puis de passer dans le suivant sans perdre trop de gras si la chance ne leur a pas souri dans le précédent. Nous concernant, pourquoi prendre un tram climatisé, quand on peut choper une bonne suée ? Tout à pied ! Si bien qu’on termine tranquillement cette fin de journée à se rafraîchir à la piscine de notre stratosphérique hôtel. Et puis comme on l’aime bien, notre hôtel, on décide également d’y manger ce soir ! Ce sera au Roxy’s, un restaurant diner des années soixante. Sièges en sky, chanteur à la chevelure gominée, serveuses en mini-jupes, sans oublier les lumières et néons flashy qui clignotent… Ben oui, rappelle-toi, nous sommes à Las Vegas ! Et si tu en redemande encore, nous y serons encore demain ! De toute façon, demain est une autre aventure…

IMG_5570.JPG
IMG_5566.JPG

Et si tu veux me laisser un petit message ou partager la page... 

(... en vrai, ça me fera plaisir...)

Franck

Auteur Organisateur Conteur Photographe

... pour te servir !

On part en vadrouille